La DMLA


Les Maladies Oculaires:
      Les défauts de correction
     La cataracte
     Le glaucome
     La DMLA
     La rétinopathie diabétique
     Urgence
     Le kératocône
     Ophtalmo-pédiatrie

Définition de la DMLA

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans.

Elle touche sélectivement la région maculaire, c’est à dire la zone centrale de la rétine, entraînant une perte progressive de la vision centrale. Elle laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale.

DMLA signifie Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge, c’est-à-dire un vieillissement trop rapide de la macula. La DMLA peut ainsi conduire à une perte de la vision centrale, tout en laissant habituellement intacte la vision périphérique.

Il s’agit d’une maladie chronique et évolutive.

La macula est le centre de la rétine. Elle assure la vision centrale: c’est sur elle que se forme l’image de l’objet que vous regardez.

Quelques rappels sur le fonctionnement de l’œil :

L’oeil est l’organe de la vision.

  • La cornée est la partie externe de l’oeil. Ses principales fonctions sont la protection de l’oeil contre les micro-organismes, la transmission et la réfraction de la lumière.
  • L’iris (responsable de la couleur de l’œil) module la quantité de lumière qui va atteindre la rétine par la plus ou moins grande ouverture de la pupille, ouverture située au milieu de l’iris.
  • Le cristallin est responsable de l’accommodation (la perte de l’accommadation avec l’âge s’appelle la presbytie ; l’opacification du cristallin s’appelle la cataracte).
  • La rétine, qui  tapisse la partie postérieure de l’œil,  transforme les images reçues en signaux nerveux qu’elle transmet au cerveau via le nerf optique.

La macula occupe la partie centrale de la rétine sur une petite surface (diamètre de 2 mm environ), directement dans l’axe optique. Elle transmet 90% de l’information visuelle traitée par le cerveau. Elle est très riche en cellules visuelles responsables de l’acuité visuelle (perception des détails fins) et de la vision des couleurs (les cônes).

La DMLA peut apparaître dès l’âge de 50 ans.

On distingue deux formes évolutives de DMLA, la forme  atrophique (ou « sèche ») et la forme exsudative (ou « humide »), qui ont les mêmes conséquences sur la vision mais évoluent à des vitesses différentes.

  • La DMLA « sèche » ou atrophique est de loin  la plus fréquente. Cette forme évolue lentement, mais inéluctablementvers une baisse sévère de l’acuité visuelle.

Elle se caractérise par la disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine.

  • La DMLA exsudative ou « humide »est la forme la moins fréquente. Elle se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux (« néovaisseaux ») sous la rétine, gênant ainsi la vision.

Son évolution peut être particulièrement rapide, conduisant à une perte de la vision centrale en quelques semaines à quelques années.

Les premiers symptômes

Une DMLA commence par une baisse de l’acuité visuelle. La vision est déformée, perceptible notamment par une distorsion des lignes droites. Puis vient l’apparition d’une tache au centre du champ de vision, appelée scotome. La vision périphérique n’est généralement pas atteinte, mais la gêne est importante pour des patients qui ne voient plus droit devant eux.

Le dépistage

Il est important de dépister une DMLA le plus tôt possible. Elle se détecte assez facilement à l’aide du test de la grille d’Amsler, qui fait apparaître la déformation des lignes droites. D’où l’importance d’un contrôle régulier chez l’ophtalmologue, qui peut permettre de la prévenir.

Le traitement

Pour cette forme, des solutions thérapeutiques peuvent exister. En effet, des traitements efficaces, prescrits et administrés par un spécialiste en ophtalmologie, ont été mis sur le marché ces dernières années.

Une DMLA sèche ne pouvant pas être traitée chirurgicalement, le patient reçoit une supplémentation en antioxydants et en lutéine afin d’enrayer le processus. Des systèmes optiques grossissants aideront à maintenir une capacité visuelle de base.

La DMLA humide a connu d’importants progrès thérapeutiques ces dernières années, tels que l’injection d’anti VEGF (facteur de croissance endothélial vasculaire).